Posted in 2 :

L’AIPR : un passage obligé pour travailler à proximité de réseaux

sécurité de travaux à proximité de réseaux

Gaz, électricité, eau potable… Difficile de faire des travaux sans « tomber » sur un réseau. Pour éviter les dommages, toutes les entreprises en préparation ou en exécution de travaux à proximité de réseaux auront l’obligation à partir du 1er janvier 2018 de disposer au sein de leur effectif des compétences spécifiques en matière de sécurité. Explications.

Chaque année en France, des milliers de chantiers sont réalisés sur la voirie, le domaine public ou les propriétés privées. Ce qui n’est pas sans conséquences : rien que l’année dernière, 100 000 dommages ont été recensés lors de ces travaux effectués à proximité des 4 millions de kilomètres de réseaux aériens ou souterrains que compte l’Hexagone (hydrocarbure, gaz, réseaux de chaleur, transport urbain guidé, éclairage, signalisation tricolore, électricité, télécommunication, eau potable…).

Pour réduire significativement ces risques de détériorations et, par là même, renforcer la prévention de dégâts sur les réseaux, un plan d’action a été initié par le Gouvernement. À partir du 1er janvier 2018, l’employeur, qu’il soit privé ou public, devra délivrer une AIPR (Autorisation d’intervention à proximité des réseaux) aux agents ou salariés intervenant dans la préparation ou l’exécution de travaux à proximité des réseaux. Cette autorisation, qui a pour but un renforcement des compétences des intervenants sur les plans technique et de sécurité, permettra de réduire les risques des personnes travaillant sur le chantier, minimisera le nombre des dommages aux réseaux, ainsi que les risques pour l’environnement alentour.

Quels sont les profils visés et comment obtenir l’AIPR ?

La loi définit plusieurs profils d’intervenant devant disposer d’une AIPR en fonction de leur rôle :

  • les concepteurs : salariés ou agents du maître d’ouvrage ou du maître d’œuvre intervenant en préparation ou suivi des projets de travaux ;
  • les encadrants : salariés de l’entreprise intervenant en préparation / réalisation des travaux en tant que chef de chantier ou conducteur de travaux par exemple ;
  • les opérateurs : salariés intervenants directement à proximité des réseaux aériens ou enterrés.

Pour obtenir l’AIPR, ils devront réussir un examen de type QCM. Une attestation leur sera alors remise par un organisme agréé.

L’AIPR rassurera les propriétaires de réseaux (comme Enedis par exemple), puisqu’elle leur garantira que les personnes travaillant aux abords de leurs réseaux sont formées pour minimiser le risque d’endommagement. Elle permettra aussi aux chefs de projet (ou aux concepteurs) de sélectionner des entreprises ayant les compétences pour effectuer ce type de travaux. Enfin, elle devrait permettre à l’encadrement du chantier (ouvriers…), de réduire de façon considérable les risques d’accidents des intervenants.

La formation vivement recommandée

Pour se donner les moyens de réussir cet examen, il est conseillé de suivre une formation au cours de laquelle tous les outils et méthodes nécessaires à la sécurité d’un chantier seront fournis. Celle proposée par les équipes Formation de SOCOTEC n’est pas une simple préparation au QCM, mais une réelle opportunité pour les concepteurs, les opérateurs et les encadrants de monter en compétence et ainsi d’améliorer leur efficacité en même temps que leur productivité.

Le sujet vous intéresse ?

Vous souhaitez échanger avec un expert ?

ÊTRE CONTACTÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *