Posted in 2 :

Les certifications environnementales, ou comment valoriser son patrimoine tertiaire

certification-environnement-immobilier-tertiaire

Les certifications environnementales, qui concernent tant les projets neufs que l’existant, mesurent la prise en compte des impacts d’un bâtiment sur l’environnement ainsi que les moyens mis en œuvre pour les réduire. Revue de détails.

Les certifications environnementales seraient-elles en train de devenir la norme ? En tout cas, force est de constater que depuis 2010 et l’obligation faite aux entreprises cotées en bourse d’indiquer dans leur rapport annuel une série d’informations relatives aux conséquences sociales et environnementales de leurs activités, la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) n’est plus seulement un effet de mode. La preuve : au 31 décembre 2017, le parc tertiaire européen comptait près de 11 000 bâtiments[1] certifiés. Dans le même temps, l’Île-de-France en comptabilisait plus de 1 300[1], soit 45% de plus qu’en 2016… et 75% de plus qu’en 2015 !

Pourquoi se faire certifier ?

On l’a vu, la loi impose aux grandes entreprises de maîtriser l’impact de leurs bâtiments sur l’environnement. Mais au-delà de cet aspect réglementaire, les avantages de faire certifier votre parc immobilier tertiaire sont multiples. En plus de le valoriser en attestant par des mesures précises et comparables ses qualités intrinsèques, cela s’avérera être un atout de taille dans le cadre de négociations locatives ou de cession. Et puisqu’une certification est par définition plus exigeante que la réglementation, se faire certifier revient donc à anticiper les changements réglementaires, ce qui aura pour conséquence d’éviter une dévalorisation de votre bien sur le marché immobilier. Enfin, sachez que cela vous facilitera aussi l’obtention d’aides publiques, un soutien de l’ADEME et différents avantages fiscaux.

Quelle certification choisir ?

À ce jour, dans le cadre d’un projet de construction ou de rénovation, il existe trois principales certifications : la française HQE (Haute Qualité Environnementale), la britannique BREEAM (BRE Environmental Assessment Method) et la nord-américaine LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). Similaires dans leurs grandes lignes, elles notent selon un nombre de critères qui leur sont propres les performances environnementales d’un bâtiment puis lui attribuent un niveau de certification.

La française HQE se découpe en 28 thématiques, regroupées en quatre grands engagements : la Qualité de vie, le Respect de l’environnement, la Performance économique et le Management responsable. La britannique BREEAM s’appuie quant à elle sur 10 thématiques[2] avec 5 niveaux de certifications allant de « passable » à « Excellent ». Enfin, l’américaine LEED se découpe en 8 thématiques[3] et 4 niveaux d’évaluation : « certifié », « argent », « or » et « platine ».

Des certifications qui se déclinent pour les bâtiments en exploitation

Ces mêmes acteurs proposent également d’attester de la qualité environnementale des bâtiments en exploitation. Leurs offres de certification (HQE Exploitation, BREEAM in use et LEED-EB) s’adressent tout autant aux propriétaires, aux exploitants et aux utilisateurs qui souhaitent faire reconnaître et attester des performances environnementale, énergétique, de santé et de confort de leurs bâtiments, de leurs modes de gestion et de leurs bonnes pratiques.

Les experts de SOCOTEC accompagnent les acteurs de la construction et de l’immobilier dans leur stratégie de développement durable et leurs plans d’actions associés. Ils les conseillent pour choisir la certification la plus pertinente et adapter leur projet afin de sécuriser l’obtention du niveau de certification souhaité.

[1] Source : Le Moniteur

[2] Management, santé et bien-être, énergie, transport, eau, matériaux, déchets, utilisation des sols et écologie, pollution, innovation

[3] Localisation et transport, aménagement durable des sites, gestion efficace de l’eau, énergie et atmosphère, matériaux et ressources, qualité des environnements intérieurs, innovation, priorité régionale.

 

Le sujet vous intéresse ?

Vous souhaitez échanger avec un expert ?

ÊTRE CONTACTÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *