Posted in 2 :

Consommer sa propre électricité, c’est désormais possible !

d’installations photovoltaïques ou panneaux solaires

Au travers d’une nouvelle réglementation, la France se met au niveau de ses voisins européens en permettant aux propriétaires d’installations photovoltaïques de consommer directement l’électricité qu’ils produisent.

Depuis plusieurs années, des pays comme l’Allemagne, l’Espagne ou l’Italie encouragent la consommation directe de l’électricité produite par des panneaux solaires. Les propriétaires français d’installations de ce type n’avaient jusqu’à présent pas d’autre alternative que de revendre leur énergie à EDF. Le décret paru le 30 avril 2017 change la donne et fixe un cadre pour consommer directement l’énergie produite mais aussi pour la stocker. La question est donc de savoir comment tirer le meilleur profit de cette nouvelle possibilité.

Consommer ou revendre l’énergie produite

Cela peut paraître évident, mais il est important de rappeler la faille principale de l’énergie solaire : elle ne génère de l’électricité que pendant la journée. Or, les batteries de stockage d’électricité sont pour l’instant encore peu performantes, chères, et assez délicates à installer, car la filière est en forte évolution technologique. Sans possibilité de stocker, le consommateur produit beaucoup plus d’énergie qu’il n’en consomme le jour et a besoin d’une source d’énergie alternative la nuit.

La réglementation prévoit ainsi trois cas de figures :

  • Revente totale de l’électricité produite : le consommateur achète un générateur photovoltaïque et revend la totalité de la production. Il consomme l’énergie fournie par EDF.
  • Autoconsommation avec revente de surplus : le consommateur consomme la production en direct et revend l’excédent à EDF. Lorsque son installation ne produit pas d’électricité, il est branché sur le réseau EDF traditionnel.
  • Autoconsommation et stockage du surplus : une fois n’est pas coutume, la réglementation prend les devants. Bien qu’en l’état actuel, l’option ne soit pas encore vraiment viable, il est d’ores et déjà possible d’imaginer un dispositif d’indépendance énergétique complète.

Un arrêté tarifaire publié le 10 mai 2017 fixe les tarifs d’achat par EDF de l’électricité photovoltaïque en revente totale et instaure une prime à l’investissement pour les installations en autoconsommation avec revente de surplus.

Mutualiser son installation photovoltaïque

Jusqu’alors, dans le cadre d’un bâtiment collectif d’habitation, de bureaux ou commercial, il n’était pas possible de réaliser une seule installation photovoltaïque pour la totalité du bâtiment. A cela, une raison : les consommateurs étaient considérés comme des entités juridiques différentes et disposaient donc de compteurs électriques distincts. Le nouveau décret donne également la possibilité à plusieurs consommateurs de s’associer localement pour produire leur propre électricité et ensuite choisir de l’auto-consommer et/ou de la revendre. Il oblige également les gestionnaires de réseau à faciliter ces opérations d’autoconsommation. Cette mesure est particulièrement intéressante pour les immeubles tertiaires ou commerciaux, qui contrairement aux habitations consomment de l’énergie principalement aux heures où le soleil brille.

Tirer le meilleur parti de ce nouveau dispositif

Ces nouvelles dispositions permettent de doter la France d’un cadre légal facilitant le développement de l’autoconsommation d’énergie solaire. Le sujet reste toutefois complexe. La mise en place d’une installation en autoconsommation soulève de nombreuses contraintes spécifiques. Ainsi, recourir à l’assistance technique d’un organisme accrédité indépendant permet de prendre une décision éclairée. Cela permettra de garantir la faisabilité du projet et, surtout, s’assurer que les éléments qui composent l’installation – comme les panneaux photovoltaïques, les onduleurs ou les éventuelles batteries – assurent un niveau de sécurité et d’efficience optimal.

En l’état actuel de la technologie disponible et de son prix, dans la plupart des cas la revente de l’électricité à EDF apparaît pour l’instant comme l’option la plus rentable. Néanmoins, chaque configuration étant différente, se faire accompagner permet aussi de définir comment tirer le meilleur profit du soleil.

Le sujet vous intéresse ?

Vous souhaitez échanger avec un expert ?

ÊTRE CONTACTÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *