Posted in 2 :

COVID-19 : Préparer la reprise d’activité de son entreprise

So-emedia_Covid19_Deconfinement_RepriseActivite

Le déconfinement progressif permet d’envisager une reprise d’activité plus conséquente. Celle-ci devra néanmoins être très encadrée, afin de protéger la santé et rassurer les collaborateurs, clients, fournisseurs, prestataires, visiteurs… et contribuer à la réduction de la transmission du virus. Une adaptation de votre organisation, de vos modes de travail et de vos locaux préalablement à la reprise est indispensable pour mettre en place des mesures adaptées.

Avec l’annonce du plan de déconfinement et la parution du protocole national de déconfinement pour les entreprises et d’un ensemble de guides sectoriels, la France est sur le chemin de la reprise économique. Le coronavirus (SARS-CoV-2) étant toujours présent comme en atteste le nombre d’infections quotidiennes, des mesures efficaces devront être mises en place sur les lieux de travail afin de protéger la santé des collaborateurs, clients, fournisseurs, prestataires, visiteurs et contribuer à l’effort national visant la limitation de propagation du virus. Plus largement, c’est une occasion à saisir pour compléter la démarche d’évaluation et de maîtrise des risques de l’entreprise en y adjoignant une évaluation des risques biologiques visant spécifiquement le SARS-CoV-2.

Évaluer les conditions de reprise

Un audit par un tiers des conditions de reprise des activités en regard des recommandations et bonnes pratiques sanitaires contre le COVID 19 est fortement recommandé. L’évaluation est réalisée sur la base d’une grille d’exigences prédéterminées portant sur : la sensibilisation du personnel, l’organisation du travail, la gestion des espaces et des flux de personnes, les équipements de protection collective et individuelle, la signalisation et la communication affichée…

L’audit donne lieu à un rapport d’évaluation comportant un score assorti de recommandations visant à améliorer et pérenniser les mesures de prévention et de protection. L’évaluation se déroule sur site avant ou peu de temps après la reprise. Sa méthodologie comporte des observations des pratiques, des interviews des personnes, une analyse de la documentation détaillant les modes opératoires et procédures (notamment de nettoyage/désinfection), leur traçabilité et affichage…

Les recommandations suivant l’audit permettent d’établir un plan d’action visant la mise en place de bonnes pratiques sur la base des recommandations des autorités et une mise en conformité. Ces éléments peuvent permettre de mettre à jour la partie risques biologiques du Document Unique.

Adapter les modes de travail et préparer les locaux

La réduction des risques de transmission amène à revoir l’organisation de l’entreprise : télétravail, augmentation des plages horaires, limitation des croisements d’équipe… Elle nécessite l’adhésion des personnes pour une meilleure observance des nouvelles règles qui doivent être comprises pour être appliquées. Il est donc nécessaire de sensibiliser et d’informer les collaborateurs aux nouveaux modes opératoires. L’élaboration et la mise en œuvre du plan d’action doivent ainsi être réalisées en coopération avec les représentants du personnel et le CSE. La désignation d’un référent COVID-19 supervisant les actions d’évaluation et de prévention est recommandée. L’entreprise devra également doter ses collaborateurs d’un kit comportant notamment : masques dont la nature est à définir suivant la typologie des tâches réalisées, lingettes désinfectantes, gel hydroalcoolique dont l’approvisionnement devra être assuré dans le temps.

Les lieux de travail sont également à repenser, notamment pour permettre aux collaborateurs de maintenir les distances nécessaires : un mètre a minima entre les collaborateurs, soit 4 m² par personne. Les espaces doivent être aménagés de telle sorte que la distanciation physique soit respectée, que les flux de circulation soient adaptés, cela commence par les protocoles d’admission de visiteurs sur le site. Une campagne de nettoyage/désinfection peut également être mise en place avant d’accueillir de nouveau des personnes. Afin de contrôler l’efficacité de la désinfection, il est possible de rechercher la présence du virus sur les différentes surfaces (test PCR).

L’efficacité des moyens mis en œuvre et l’observance des personnes devront ensuite être réévaluées. La première évaluation est réalisée avant la reprise afin d’évaluer la bonne intégration des recommandations ; la seconde pourra avoir lieu une à deux semaines après la reprise pour évaluer l’efficacité des mesures et proposer des mesures complémentaires ou rectificatives. Ensuite, un à deux mois plus tard, une nouvelle analyse permettra d’ajuster les mesures prises selon l’évolution des recommandations, les bonnes pratiques et le retour d’expérience.

L’urgence de la situation, l’exigence des contraintes de santé publique et la nécessité de créer les conditions favorables à la reprise du plus grand nombre de collaborateurs justifient de faire appel à un tiers expert indépendant intégrant plusieurs compétences et expériences en matière d’évaluation et de maîtrise des risques biologiques. Les spécialistes de SOCOTEC vous accompagnent, de la réalisation de l’audit jusqu’à la mise en œuvre du plan d’action et son évaluation. Nos équipes vous apportent en outre une expertise sur les aspects techniques, réglementaires et scientifiques.

Le sujet vous intéresse ?

Vous souhaitez échanger avec un expert ?

ÊTRE CONTACTÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *