Posted in 2 :

Recherche d’amiante : formaliser les bonnes pratiques

modalités de recherche des matériaux contenant de l’amiante dans les bâtiments

La norme sur les modalités de recherche des matériaux contenant de l’amiante dans les bâtiments vient de faire l’objet d’une mise à jour. Zoom sur les deux principaux changements.

Il resterait encore aujourd’hui 20 millions[1] de tonnes de produits contenant de l’amiante en France, essentiellement dans les usines, bureaux, HLM, écoles ou encore les hôpitaux… Rendu obligatoire pour les bâtiments dont le permis de construire a été délivré avant le 1er juillet 1997, le diagnostic amiante vise à rechercher, identifier et localiser dans les immeubles bâtis, les matériaux et produits contenant de l’amiante.

Pour aider les diagnostiqueurs dans leur mission, la norme relative au repérage des matériaux et produits contenant de l’amiante a évolué. Applicable depuis le 1er octobre 2017, la nouvelle version a pour objectif d’améliorer la qualité des repérages, afin de mieux évaluer et maîtriser les risques lors de travaux d’aménagement, de démolition ou durant l’exploitation quotidienne de l’immeuble.

Les responsabilités de chacun mieux définies

Le premier changement définit plus clairement les responsabilités qui incombent au donneur d’ordre et à l’opérateur de repérage dans le but d’améliorer le dialogue et de mieux clarifier les contraintes de chacun. Comme, par exemple, l’obligation faite au donneur d’ordre de fournir à l’opérateur une liste complète et précise des travaux envisagés. En réponse, l’opérateur est tenu de préciser son programme et son périmètre de repérage avant l’intervention.

Autre enrichissement, la présentation au donneur d’ordre du rapport de repérage est formalisée et fortement recommandée. Particulièrement dans le cadre de grands travaux, elle permettra à l’opérateur d’expliquer dans le détail le déroulement et les résultats de sa mission. Et par là même de répondre à toutes les interrogations du donneur d’ordre et ainsi d’améliorer sa compréhension du rapport.

ZPSO, quésaco ?

Autre nouveauté qui va permettre d’affiner les stratégies de repérage : l’approfondissement de la notion de ZPSO – Zone présentant des similitudes d’ouvrage. Comme son nom l’indique, une ZPSO correspond à des parties d’un immeuble bâti dont les composants, les types de matériaux et produits présents sont semblables. Ce sont par exemple les paliers d’un immeuble conçus de manière identique. L’une de ces zones sera analysée en profondeur comme zone témoin. Les autres seront sondées pour valider la similitude de leur conception.

Si une ZPSO présente un ou plusieurs Matériaux ou Produits Susceptibles de Contenir de l’Amiante (MPSCA), l’opérateur effectuera à partir des sondages réalisés et de sa stratégie d’échantillonnage les prélèvements nécessaires en vue d’une analyse en laboratoire. En fonction des résultats (sondages, investigations et analyses), l’opérateur conclura à la présence ou non d’amiante dans les différentes zones de l’ouvrage.

Une nouvelle approche plus qualitative que SOCOTEC vous recommande d’adopter. En établissant une stratégie de manière concertée, nos diagnostiqueurs seront à même d’optimiser l’efficacité de leur analyse et ainsi de vous permettre de mener sereinement votre projet.

[1] Source : Association nationale de défense des victimes de l’amiante (Andeva).

Le sujet vous intéresse ?

Vous souhaitez échanger avec un expert ?

ÊTRE CONTACTÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *