Posted in 2 :

Travaux sous tension : tout savoir sur les formations obligatoires

travaux-sous-tension-formations-TST

Depuis le 1er janvier 2018, l’habilitation électrique pour les travaux sous tension peut être délivrée par l’employeur aux opérateurs uniquement s’ils ont suivi une formation dans un centre agréé. Explications.

S’ils sont rares, les accidents dus à l’électricité restent particulièrement graves : chaque année, une dizaine d’opérateurs meurent électrocutés en France tandis qu’une centaine d’autres sont gravement blessés. Pour renforcer la sécurité des salariés lors d’opérations sur ou à proximité d’installations électriques, le législateur a rendu l’habilitation électrique des opérateurs obligatoire en 2012, et ce que ce soit pour des travaux effectués sous tension ou hors tension. Pour mémoire, l’habilitation électrique est la reconnaissance par l’employeur de la capacité d’une personne placée sous son autorité à accomplir les tâches qui lui sont confiées en sécurité vis-à-vis du risque électrique.

Une habilitation spécifique aux travaux sous tension

Si l’immense majorité des interventions ont lieu sur des installations préalablement mises hors tension, certaines d’entre elles nécessitent en revanche d’être en permanence sous tension. C’est le cas par exemple des batteries stationnaires de serveurs de télécommunications, dans la mesure où leur rôle est de garantir la continuité de service. Ce qui signifie que pour intervenir sur ces équipements, les opérateurs doivent connaître des modes opératoires précis, tant pour assurer leur propre sécurité que pour éviter des courts circuits qui pourraient détruire lesdits équipements.

Une formation préalable indispensable

Conscient de cette problématique, le législateur impose, depuis le 1er janvier 2018, que l’habilitation électrique pour ce type de travaux ne puisse plus être délivrée par l’employeur sans que les opérateurs aient suivi au préalable une formation dans un centre agréé. Trois champs d’application ont été distingués : les opérations sur batteries d’accumulateurs des véhicules/engins à motorisation thermique, électrique et hybride ; les opérations sur les installations industrielles et tertiaires ; les opérations sur les batteries d’accumulateurs stationnaires.

Au terme de cette formation, les opérateurs se verront remettre un document attestant de leurs savoirs et savoir-faire qui permettra donc à leur employeur de leur délivrer l’habilitation visée et valable 1 an.

À noter que préalablement à cette formation, l’employeur devra s’assurer que les salariés qui la suivront ont bien les capacités, compétences et expériences professionnelles requises dans le domaine des opérations d’ordre électrique. Tout comme les stagiaires devront être en possession des équipements de protection individuelle (EPI) adaptés.

Les habilitations délivrées avant 2018 devront être recyclées en 2020

Concernant les salariés déjà habilités TST, ils ont jusqu’au 1er janvier 2020 pour suivre un recyclage dans un centre agréé. Pour information, les organismes de formation sont agréés pour une durée de quatre ans au plus par le ministre chargé du Travail.

SOCOTEC est doté de plusieurs plateformes pédagogiques agréées pour la formation aux TST. D’importants moyens techniques et humains qui lui permettent d’être en capacité de former rapidement efficacement les stagiaires.

Le sujet vous intéresse ?

Vous souhaitez échanger avec un expert ?

ÊTRE CONTACTÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *